Notre rencontre avec M. André Gervais

Compte rendu de la rencontre avec Monsieur André Gervais et Madame Ghersallah le 29 mars 2016

 

Le président Nicolas ROZE et le trésorier Pierre-Olivier Oustric de l’association Au fil des Réseaux se sont rendus le mardi 29 mars 2016 à un rendez-vous avec Monsieur Gervais, conseiller communautaire au Grand Dijon, chargé des transports, et Madame Ghersallah, rendez-vous proposé à la suite d’un courrier envoyé pour demander une rencontre.

L’ambiance était légèrement tendue les quinze premières minutes ; le président a présenté l’association, a rappelé l’engagement premier de la défense des intérêts des usagers des transports publics, a présenté le service d’alerte trafic par SMS, les principaux axes d’action et de réflexion envisagés, ainsi que les projets et envies de collaboration inter-élus/organes associatifs/entités commerciales.

A la question du président à monsieur Gervais : « connaissez-vous notre association? », l’intéressé a répondu qu’il ne connaissait de notre association que l’esclandre provoquée en séance publique de l’Assemblée du Grand Dijon, le 8 octobre 2015, par l’ancien président et deux membres de l’association. Le président et le trésorier ont assuré conjointement que cette période était révolue, et que l’association avait aujourd’hui comme réel et unique intérêt le dialogue et l’échange constructif avec les pouvoirs publics ; M. Gervais a admis qu’il lui apparaissait clairement que la ligne associative avait « bien changé », et était « plus saine », et que, dans ces conditions, il n’y avait « aucun souci à répondre favorablement à nos demandes ».  A la suite de ce premier échange, l’ambiance s’est considérablement détendue, et un véritable esprit de travail s’est imposé.

Le Président a donc poursuivi l’entretien en posant plusieurs questions :

  • Prioribus : Selon Monsieur Gervais, le projet n’est pas abandonné. Le projet est réévalué, étalé et partagé entre plusieurs entités administratives. Par ailleurs, ce projet, qui s’incluait dans un schéma plus vaste de réaménagement de Dijon, avec la réfection des places Wilson et du 30 octobre, du Pôle d’échange de Monge et de la réhabilitation de la BA102, fera l’objet de nouvelles études, pour rationaliser les coûts, et pallier le plus urgent. Il nous est précisé par madame Ghersallah que les dotations de l’état ont subi un « sérieux coût de rabot », et que, en conséquence, les ambitions du Grand Dijon en matière d’aménagements urbain devaient être revues à la baisse. Comme exemple précis, la réfection des places précédemment citées est à ce jour abandonnée, tout comme les aménagement de couloirs pour les bus qui seront réduits.
  • André Gervais nous précise que le Grand Dijon se transforme en autorité organisatrice des transports. La négociation de la nouvelle DSP (délégation de service public), en cours, permettra « d’y voir plus clair » à l’automne. De plus les compétences de la nouvelle région, du département et du Grand Dijon ne sont pas encore clairement définies. Toutefois, il apparaît très clairement que le Grand Dijon souhaite confier à un opérateur unique (qui aura préalablement effectué un appel d’offre) la gestion des questions de mobilité, à savoir, la fourrière, Vélodi, les parkings publics, et bien sûr, l’exploitation du réseau de transports publics. La création d’une fourrière pour vélos est évoquée..
  • A la question de l’utilité de Mobigo, considéré par l’association Au fil des réseaux comme une coquille vide, Monsieur Gervais évoque les difficultés de synchronisation entre le département, la région et le Grand Dijon. Il dit que le Grand Dijon travaille sur ces difficultés et reconnaît que l’inter modalité, à savoir la complémentarité des différents modes de transport (car, train, bus, tram, vélos en libre service) n’est clairement pas efficiente à ce jour. Le président souligne les incompatibilités et les problèmes chroniques en matière de billetterie, d’horaires, et de tarifs.
  • La question de la politique tarifaire est également évoquée : M. Gervais nous signifie qu’il n’y aura aucune augmentation tarifaire en 2016, ni en 2017 où rien n’est prévu. Il insiste sur l’effort consenti par le Grand Dijon en matière de dépense pour les transports publics, et prend l’exemple de Belfort, qui réduit son offre de transport, en conséquence de la réduction de la dotation de l’état pour les collectivités locales et territoriales. Il précise de plus que, grâce à la politique menée par le Grand Dijon, cette dernière est en partie préservée en ce qui concerne le « versement transport », les entreprises dijonnaises, plutôt en bonne santé, peuvent continuer de contribuer au financement des transports publics.
  • Le président et le trésorier demandent quelles seront les possibilités de collaboration directes entre l’association Au fil des Réseaux et le Grand Dijon. M. Gervais et Mme Ghersallah nous font savoir que nous serons conviés à une conférence annuelle organisée pour les associations, et que des possibilités de rencontre, par demandes conjointes, sont tout à fait envisageables. M. Gervais insiste toutefois sur le fait que l’année 2016 est une année de transition, tant pour le Grand Dijon qui se transforme en Communauté d’Agglomération, que pour la région qui fusionne avec la Franche Comté. Il réagit favorablement à notre intention d’adhérer à la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports).

Aux alentours de 10h30, soit après plus d’une heure d’entretien, la rencontre est close. Le président et le trésorier estiment que cette rencontre a été plus que satisfaisante ; elle a permis de recréer des liens avec le principal acteur et décideur en matière de transport local, et sonne, pour le président, le début d’une nouvelle ère de collaboration efficiente dans l’intérêt des usagers des transports publics.

 

Rédigé par M. Nicolas Roze,
Président d’Au fil des Réseaux
Le 18 mai 2016

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire