Notre point de vue sur le nouvel appel d’offre pour les transports Dijonnais

Le Conseil d’état a cassé la décision du tribunal administratif de Dijon : Oui, l’appel d’offre remporté par Keolis pour gérer l’intégralité des domaines de transports publics dijonnais est légal.

Quand l’association Au fil des réseaux a appris que le Grand Dijon préparait une nouvelle délégation de service public (DSP) incluant en son sein, non seulement les missions de transport public, mais également les parkings, la fourrière et les vélos en libre service, ses membres ont réagi de manière prudente mais avec circonspection.
Quel est l’intérêt de se priver d’une gestion publique (notamment des parkings) pour la transférer à une entreprise de transport qui, de toute évidence, en sous-traitera l’exploitation ? Quels avantages les usagers et plus largement les contribuables vont-ils tirer de cette évolution ?

L’association a donc décidé de demander un rendez-vous à chaque “chef de groupe” au Grand Dijon, de la majorité comme de l’opposition. Nous pouvons d’ores et déjà vous communiquer les positions suivantes :
→ Le principal groupe d’opposition de droite “n’a pas d’opposition particulière à ce type d’appel d’offre”.
→ Le groupe Front National est contre.
→ Le groupe majoritaire de gauche est visiblement pour. Notre association attend de rencontrer monsieur André Gervais le 27 octobre. Vous serez bien entendus informés des suites de cette rencontre.

Au vu de ces réactions politiques, l’association émet une réserve sur une composante pourtant essentielle de cet appel d’offre : la pertinence même de la Délégation de Service Public. Nous ne sommes pas du tout convaincus, après plusieurs années sous cette forme, que l’exploitation d’un réseau de transport public soit efficiente avec une délégation de service public, ou, finalement, l’élu n’a qu’un pouvoir de regard et de décision relativement limité par rapport au pouvoir de l’entreprise privée gestionnaire.
Loin de nous l’idée de dénigrer l’entreprise ; nous ne sommes pas dans ce combat. Mais force est de constater que, l’entreprise en charge de l’exploitation du réseau Divia, génère chaque année un bénéfice (on ne parle pas de chiffre d’affaire), bénéfice généré par l’argent venant du Grand Dijon, donc du contribuable.

Dès lors, il n’est pas inintéressant de s’employer, et l’association Au fil des réseaux a l’intention d’étudier le sujet en profondeur, d’une part, sur la pertinence de la DSP, et d’autre part, sur les autres formes de système de gestion, comme la régie, très classique, mais encore la SPL (Société Publique Locale), ou encore, comme suggéré par Laurent Bourguignat lors de notre rencontre, la SEMOP (Société d’Économie Mixte à Opération unique).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire