Le temps de la conciliation est terminé

Nicolas Roze, président d’Au Fil Des Réseaux.

La dernière hausse tarifaire du réseau Divia et le franchissement du seuil symbolique des 40€ du pass mensuel a déclenché une petite bombe au sein de l’association Au fil des réseaux.
Cette hausse, annoncée 4 jours avant sa mise en oeuvre, a été votée en catimini, sans aucune concertation des associations d’usagers. Pire, la réaction des élus, estimant que les critiques des associations d’usagers étaient injustifiées, m’ont fait prendre conscience du mépris dont finalement, nous sommes victimes.

A la dernière réunion de bureau, j’ai donc proposé 3 axes principaux sur lesquels l’association se focalisera et fera de la pédagogie auprès du grand public.

Le temps de la conciliation est terminé. Visiblement les élus nous méprisent, nous usagers, et votent en catimini des hausses de prix tout en laissant Divia “éteindre l’incendie” auprès des usagers.

Nous allons demander aux élus des comptes en communiquant massivement sur le fait que toutes les décisions impactant le réseau Divia sont votées par Dijon Métropole.

Les axes :

1) Les tarifs : retour à 40€, et création d’un tarif social si les revenus de l’individu (ET J’AI BIEN DIT L’INDIVIDU), pas du foyer fiscal, sont inférieurs au seuil de pauvreté.

2) L’intermodalité : Pass unique Train-Car-Tram-Bus dans toute la région Bourgogne Franche Comté, surveiller et proposer auprès de la région des améliorations locales, de dessertes et d’horaires pour favoriser le transport public.

3) La réouverture de la halte SNCF de Neuilly les Dijon et la création de deux autres points d’arrêts, Longvic (Au niveau de l’espace municipal Jean Bouhey et Zenith-Pôle Valmy). Toutes les métropoles européennes ont compris que le ferroviaire de proximité était une option à prendre en compte pour la desserte de quartiers éloignés du centre ville dont le flux voyageur qu’ils génèrent ne suffit pas à rentabiliser un tramway.
Dans le cas de la halte de Longvic, cela mettrait la commune à 7 minutes de la Gare de Dijon ville (contre 3/4 d’heure aujourd’hui).

Nicolas ROZE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire